Le temps est venu …

L’élection d’Emmanuel Macron a changé profondément et durablement le paysage institutionnel, bouleversant le système installé, portant haut l’ambition d’une nécessaire modernisation des pratiques.

Je me réjouis de cette volonté régénératrice qui va impliquer, par exemple, qu’un élu ne pourra plus effectuer plus de 3 mandats consécutifs.

Durant 28 ans d’engagements publics divers, j’ai connu le bonheur, à quatre reprises, d’être élu puis réélu maire et député aussi pour moi le temps est venu de tirer toutes les conséquences de ces évolutions.

Dans quelques jours après avoir siégé 16 années à l’Assemblée nationale, je laisserai donc mes fonctions de député, offrant ainsi à mon suppléant, Jean-Louis Thiériot, la possibilité de représenter la 3ème circonscription de Seine-et-Marne au parlement.

Ainsi,en deux ans, en renonçant progressivement à mes différents mandats, j’aurai permis à une jeune génération de prendre ma suite au service des habitants de Montereau et du sud Seine-et-Marne.

Par ces gestes, librement décidés et mûrement réfléchis, je suis heureux de répondre, avec bienveillance, au profond besoin de renouvellement de la classe politique exprimé par les Français.

Afin d’achever la mise en œuvre opérationnelle de dossiers locaux qui me tiennent particulièrement à cœur, comme le grand projet de Parc Napoléon, je resterai élu municipal. Ayant accepté une responsabilité d’adjoint, je remercie le maire et les élus de Montereau de leur indéfectible confiance.

Dans cette nouvelle étape des défis enthousiasmants m’attendent, cette fois-ci en tant qu’acteur de l’économie d’innovation, engagé dans l’urgence de la lutte contre le réchauffement climatique et la transition énergétique.

Ainsi de retour au sein de la société civile je poursuivrai mes combats d’intérêt général, en particulier pour la défense du produire en france.

Aussi, c’est avec une profonde reconnaissance pour tous ceux qui m’ont accompagné et soutenu durant ces années intenses et fier d’un parcours électif commencé à l’âge de 29 ans qui m’a conduit jusqu’au Gouvernement, que je quitterai mi juillet sans regret la vie parlementaire et la vie politique nationale.

Yves Jégo